Accueil / Préparer son tour du monde / Découvrir le nord-est du Brésil en voilier
brésil le nord est en voilier

Découvrir le nord-est du Brésil en voilier

Le Brésil est un pays extraordinaire aux multiples facettes, on le connait pour ses musiques telles la samba et le forro, son carnaval, ses plages interminables, sa forêt amazonienne, mais beaucoup moins pour ses mouillages en voilier. Et pourtant, découvrir le Brésil par la mer est une formidable façon de rentrer en contact avec sa population. Voici notre roadbook dans le nord-est du Brésil en voilier.

aller au Brésil en voilier

Pour les voyageurs, deux choix s’offrent à vous avec une limite démarquée par Récife. Soit vous irez découvrir le sud avec ses métropoles tel Rio et Sao Paulo, là où les mouillages se comptent par dizaines avec pour programme d’aller ensuite en Argentine puis de passer les canaux de Patagonie. Soit vous irez vers le Nord pour rejoindre ensuite les Caraïbes en passant par la Guyane Française. Nous avons opté pour ce deuxième choix qui réserve de belles surprises.

Nous voyageons avec un voilier Bénéteau, l’Océanis 411. Avec ses 1m70 de tirant d’eau, il nous permet d’avoir accès à de nombreux mouillages, mais il est sûr qu’avec un catamaran vous pourriez découvrir encore plus de sites comme les lagons intérieurs et les nombreux estuaires ou rivières de la région.

Fernando de Noronha – Pernambuco

Fernando de noronha

Avant d’arriver sur les côtes du Brésil, impossible de faire impasse sur le joyau du Brésil, Fernando de Noronha (compter tout de même un petit budget pour cette escale qui vaut malgré tout la peine de s’y séjourner – compter 100 euros par jour pour 3/4 personnes sur le bateau ). Vous serez accueilli sur cette île brésilienne par des dizaines de dauphins au mouillage, en face du petit port qui reçoit les bateaux de touristes et les navires qui alimentent l’île. Ensuite, on vous conseille une première « agua de coco », après 10 jours en mer et une traversée de l’Atlantique, elle sera vivement appréciée. Si vous être un surfer chevronné allez faire un tour du côté de la vague tubulaire au pied des Doïs Irmaos, ces deux rochers noirs monumentaux qui gardent le spot et marquent le début de la réserve. Cette réserve maritime et terrestre qui protège de nombreuses espèces de poissons, d’oiseaux et de plantes fait partie des parcs nationaux marins brésiliens. C’est aussi ici que l’on a bu notre première caïpirinha « made in Brazil » et dégusté un açaï en sortant d’une balade en paddle. L’açaï est un sorbet violet à base de baies de palmiers broyées, accompagnées de banane et de granola, riche en antioxydants. Vous êtes ici dans l’état du Pernambuco.

Tibau do sul – Rio Grande do Norte

brésil en voilier

Cap au sud-ouest direction la lagune de Tibau do Sul. Nous allons rendre visite à Rémi Quique, un ami français installé là-bas depuis 15 ans; il y a créé le Sossego surf camp. Nous sommes attendus par Edy qui va nous guider pour rentrer dans cette lagune bien gardée par une entrée étroite entre vague et récife. Le sondeur indique 2,7 mètres au moins profond, le courant de la montante nous aspire dans le lit de l’estuaire. Il faut bien zigzaguer et coller la falaise à gauche pour éviter les nombreux bancs de sable qui barrent la route aux novices.

Nous jetons notre ancre pour plus d’un mois. Au programme, surf, stand up paddle et kitesurf. La lagune offre un terrain de jeu immense pour le kite et le paddle entre les bancs de sable, la mangrove et les cocoteraies. Il faut aller côté océan pour trouver les vagues. Le spot de Madeiro est parfait pour le long board et le paddle surf, c’est une longue et douce droite. Tandis que Pipa est plus rapide, idéal pour les shortboarders. C’est aussi ici que vous trouverez les meilleurs restaurants et bars animés. Tibau do sul est un des plus beaux mouillages de notre voyage, coucher de soleil magnifique, accueil des pêcheurs très convivial. Ici ça ne bouge pas, c’est à peine si l’on sent la renverse et le fond accroche bien. Seul bémol, avec le fort courant les bébêtes poussent très vite sur la coque de Maloya. Il faut gratter à la spatule, heureusement ça part très facilement, le tout sous la surveillance des gardiens de la lagune de Guarairas : les dugongs et les dauphins.

A Tibau do Sul, vous êtes à une heure et demie de Natal et deux heures de Récife, une situation géographique interessante pour continuer le voyage par la route ou les airs.

Natal – Rio Grande do Norte

nordeste du Brésil en voilier

On continue notre voyage vers le nord pour aller se poser quelques semaines à Natal, une des plus grosses villes du Brésil. Entre estuaire et océan, cette ville peut avoir des allures de station balnéaire. Nous arrivons malgré tout sur nos gardes car elle est aussi connue pour son taux de criminalité. En effet après les JO de Rio et l’assainissement des favelas, il semblerait que plusieurs gangs aient atteint les autres grandes villes du Brésil. Nous avons donc décidé de ne pas faire de mouillage sauvage mais d’aller jeter notre ancre face au Yacht club de Natal. Cet établissement qui vient d’être entièrement rénové se situe à l’embouchure du Rio Potengi, offre la sécurité et toutes les prestations nécessaires au plaisancier de passage. Un spot idéal pour aller découvrir la région du Nordeste, ou accueillir un nouvel équipier grâce à son aéroport. Pour plus d’infos sur le yacht club de Natal lisez l’article le concernant. 

Nous avons décidé de laisser Maloya ici pour aller plus au nord en voiture chargé de tout notre équipement de glisse. Anita et Knut nous ont invité dans leur maison face la mer (La casa da Anita). Un spot de kite et de windsurf freeride sauvage au sein d’un village de pêcheur. Nous en profitons également pour monter plus au nord, revoir notre ami Kauli Seadi, champion de Windsurf à Soa Miguel de Gostoso, il y a une école de kite/wind/paddle.

Si vous voulez mouiller face au village de Rio de Fogo, sachez que cela est possible notre ami Knut qui a un catamaran Outremer l’a fait pendant 20 jours, l’ancre tient bien, mais le mouillage secoue, mieux vaut dormir à terre dans une pousada.

Le nord est du Brésil en voilier

Fortaleza – Ceara Brésil - Fortaleza

Nous quittons le Rio Grande Norte pour entrer dans le Ceara, où notre escale va être courte, juste de quoi faire trois bonnes nuits avant de reprendre la mer direction la Guyane. La navigation jusqu’ici a été très agréable, à peine deux jours avec le vent et le courant dans le bon sens. Notre stop se fera à Fortaleza une ville que nous connaissons bien avec son célèbre spot de windsurf et de kite Jericacoara plus au nord. Cette métropole est aussi malheureusement réputée pour être de plus en plus violente, « les chicos » les jeunes des quartiers défavorisés y pillent presque systématiquement les bateaux qui mouillent dans la baie. Nous sommes donc heureux de pouvoir nous mettre en sécurité au Marina Park Hotel. On connait bien les lieux puisque nous sommes venus tous les deux ici pour des championnats internationaux de windsurf. Grande piscine proche du bateau, cocoteraie et proximité avec la vieille ville. Nous faisons une escale agréable et profitons de la ville pour nous balader, acheter quelques souvenirs au Mercado Central, manger dans une cantinha sur le trottoir le plat tradionnel brésilien accompagnée de feijoa (haricot rouge ou vert) et de farofa (farnine de tapioca). On se promène aussi sur l’avenue de Beira mar et nous y faisons un dernier plein de vivres frais avant la traversée vers la Guyane.

Cap sur la Guyane française

brésil en voilier

Nous serions bien allé à Jericacoara, mais le vent est de moins en moins fort à cette saison et de belles choses nous attendent encore sur la route. Idem on se serait bien arrêté à l’île de Lençois pour aller visiter le parc de Lençois de Marahense, y parcourir ces dunes qui renferment des milliers de petits lacs où il est possible de kiter, mais la sécurité en voilier dans cette région n’est vraiment pas certaine. Sans parler de l’embouchure de l’Amazone… des amis y sont allés à plusieurs bateaux récemment et tout s’est bien passé mise à part la cohabitation difficile au mouillage avec les pêcheurs. Mais bon on ne sait jamais, il suffit de tomber sur le mauvais numéro… Comme nous n’avons pas trouvé de copains bateaux pour partager cette croisière de remontée vers la Guyane, nous faisons impasse sur ces zones incertaines et nous traçons direct sur Cayenne. Le routage nous donne 6 jours de navigation avec jusqu’à 3 noeuds de courant à certains endroits. Ça va fumer!!

Quel bonheur d’être venu découvrir le Nord – Est du Brésil en voilier. Cela s’est joué à rien. Une rencontre dans le port de Mohammedia au Maroc qui a fini par convaincre Aurélien qu’il fallait venir ici. C’était vraiment GENIAL ! Pour plus d’arguments en faveur du Brésil, lire l’article « 3 bonnes raisons d’aller au Brésil en voilier », vous pouvez aussi voir plus de détails sur notre escale à Natal en lisant l’article qui est consacré à cette escale.

 


Aparté formalités:

Attention ne faites pas comme nous. A Fernando vous ferez votre entrée au Brésil avec la police fédérale au bureau du port, là-bas on vous dira que c’est tout bon et qu’il n’y a plus rien à faire. Sauf quand vous changez d’Etat, en fait ça n’est pas tout à fait vrai. Il faut se rendre immédiatement vers une grosse ville après Fernando de Noronha pour faire son entrée officielle sur le continent .


 

Comments

comments

A propos de pousseparlevent

Rejoignez-moi sur mon profil Google+

Lire aussi

bébé en bateau

Les 10 essentiels pour un bébé en bateau

Elever un bébé en bateau demande d’aller à l’essentiel, car à bord l’espace manque alors …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge